vendredi , 18 octobre 2019
Home / ECONOMIE / LA 100E SESSION DU CONSEIL INTERNATIONAL DE L’ICCO S’EST OUVERTURE A ABIDJAN

LA 100E SESSION DU CONSEIL INTERNATIONAL DE L’ICCO S’EST OUVERTURE A ABIDJAN

Les discussions de cette rencontre du Conseil international de l’Organisation mondiale du cacao (ICCO), ont tourné sur la question de trouver un prix rémunérateur aux producteurs,
Des Etats-membres, des négociants, des importateurs et des industriels du secteur y prennent part.
Procédant à l’ouverture des travaux ce mardi 10 septembre 2019, le vice-président ivoirien Kablan Duncan, a révélé que sur les quelque 100 milliards de dollars US (59.412 milliards FCFA) que représente l’industrie du cacao, seulement 6 milliards (3.566 milliards FCFA) soit 6% maximum reviennent aux pays producteurs »,
‘’L’ICCO fait face à quatre défis majeurs, notamment le changement climatique, la valorisation et la transformation du cacao, la volatilité des cours du cacao (survenus en 2016) et la consommation des produits à base de cacao’’ a-t-il ajouta.
Concernant le changement climatique, qui dévaste notre couverture végétale, il encourage une synergie d’action des pays producteurs qui devraient repenser leur stratégie de production du cacao et réorienter leurs politiques agricoles.
Dans cet élan, la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec près de 2 millions de tonnes, a mis sur pied l’Initiative cacao-forêt qui est une mise en œuvre concrète de l’agriculture zéro déforestation, ainsi que la feuille de route cacao, ami de la forêt du Conseil café-cacao.
Pour le président du Conseil international de l’ICCO, Philippe Fontayne, le premier défi majeur du secteur cacao est « celui de la répartition équitable de la valeur ajoutée, du producteur au consommateur, de nos champs à nos supermarchés, une juste répartition des revenus, mais aussi des charges ».
Il s’est étonné de voir que la part du revenu est inversement proportionnel au nombre de personnes impliquées dans ce processus, avec d’un côté la chaîne industrielle et de l’autre côté des millions de petits producteurs.
Aussi mentionne-t-il que Les 5 millions de cacaoculteurs et leurs pays ne reçoivent qu’une part minime, voire infirme, destinée autour de 6% de la valeur globale du marché .il a invité cependant l’organisation a faire le bilan des sessions antérieures et définir de nouvelles perspectives basées sur la durabilité de la production et de la transformation du cacao, notamment au niveau des pays producteurs.

 

Whiteman

About Yopougon TV

Check Also

LE RESIEC MULTIPLIE SES ACTIONS POUR LA PROMOTION DE L’ENTREPRENEURIAT AU PLATEAU.

Plusieurs investisseurs et entrepreneurs ont pris part à une conférence organisée par le réseau des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *